Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 10:30

    Chers Lecteurs, je vous invite à découvrir "L'Echo" de Michel Doucet à mon poème, si empreint d'une tendresse joyeuse que l'on en est tout attendri.
Quel talent, Poète ! Et merci, encore, de semer dans mes Pages des rimes aussi riches que votre coeur. 

 

 

 

 

UNE MERE

la jeune MERE

La jeune Mere - Rodin


Il n'est rien de plus chaud que le nid protecteur
Dont j'ai quitté l'abri d'un cri libérateur,
Vibrant déjà pour toi d'une ferveur profonde :
      Ton ventre est le berceau du Monde.

Il n'est rien de plus doux sur mon rêve agité,
Pour museler les maux , chasser l'adversité,
Qu'une tendre caresse à l'ombre de ma frange :
      Tes mains sont les ailes d'un ange.

Il n'est rien de plus beau que le val généreux
Où je buvais les jours dans tes soupirs heureux,
Et qui reçoit toujours ma peine en confidence :
      Ta poitrine est ma résidence.

Il n'est rien de plus gai, dès l'instant du réveil,
Que ta bouche fardée aux rayons du soleil
Déposant sur ma joue une aura printanière :
      Ton sourire est une lumière.

Il n'est rien de plus grand, de plus haut, de plus pur
Que l'amour unissant nos deux cœurs dans l'azur
Par des rubans tissés de bonté maternelle :
      Que ta gloire soit éternelle !

 

 

 

L'écho  : 

 

Le sein des seins...

Les petits bras en l'air, un peu comme une offrande,
S'agitent vers Maman en un acte d'amour,
L'enfant, les yeux béats, regarde tout autour...
Comme la vie est belle et que sa faim est grande.

Se tend vers le téton une bouche gourmande,
Les frêles doigts rosés sursautent tour à tour...
Mais ne craquons nous pas pour ce geste qu'un jour
Nous eûmes à l'endroit où le sein affriande.

"Ces coussins sont soyeux, que le nid est douillet,
Ah! scellons cet extase en un rot gentillet!"
On s'étire, on sourit, un dernier babillage...

Ô combien rassasié,fatigué par l'effort,
Comme au berceau du ciel, au moelleux d'un nuage,
Le beau regard se voile et l'angelot s'endort.

Michel Doucet.

commentaires

Aimée 25/06/2012 20:57

Depuis que cet echo est présent,c'est sublime....Que dis-je ça l'était déjà avant.

Une brassée de doux bisous,mon amie et longue vie aux deux poètes.Aimée aimée

stellamaris 18/06/2012 12:37

En effet, cet écho est absolument délicieux ! Bises, Alice, et un grand bravo à Michel ! Toute mon amitié.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -