Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 16:00

LES SERMENTS DE SABLE

SERMENTS-DE-SABLE.jpg

 

Amour, te souviens-tu des fabuleux sentiers
Où résonnaient hier nos soupirs d'allégresse,
Fleuris des longs baisers empreints de maladresse
Que nous échangions sous les grands cocotiers ?

La pudeur se lisait dans tes regards altiers
Mais ton corps frissonnait sous ma tendre caresse,
Et quand tu me laissas prendre ta forteresse,
L’astre du jour s’unit aux horizons côtiers.

Que n'ai-je alors point vu que tout était mensonges !
Il ne me reste rien, sinon de pauvres songes,
Un ruban de madras et le goût de ta peau.

Les serpents de ta bouche ont étouffé la flamme,

Et mon coeur ingénu n'est plus qu'un oripeau

Lacéré par les crocs de ta traîtrise infâme.

 


 


commentaires

Michel Doucet 13/01/2012 09:25

Mon petit grain doux à ce sable coulant...

Certains de nous avons, au fond de notre coeur,
Un amour que l'on garde en un tiroir secret,
Dont on respire en soi le doux parfum discret
Et que nous chérissons tel un petit bonheur.

On ne le clame pas mais il chante en nous-mêmes,
On le sort quelquefois les soirs de nostalgie,
On y pense la nuit et comme par magie
Son image nous fait plus beaux les matins blêmes.

A toi qui fut hier mon petit grain d'amour,
Je te dédie en trois quatrains ces quelques vers,
Tu m'avais d'un "bonjour" mis la tête à l'envers,
A ton endroit ces mots d'un pauvre troubadour.

amitiés,
Michel Doucet.

Danielle 01/08/2011 23:14


Une belle histoire d'amour qui n'est bâtie que sur des illusions, qui s'écroule comme un chateau de cartes. La découverte du mensonge est douloureuse et grave une profonde cicatrice, hélas trop
fréquente. C'est un poème superbe et l'image qui représente le sable glissant entre les doigts est vraiment parlante, on ne se méfie jamais assez des beaux parleurs qui ne laissent qu'amertume et
désillusions, piétinant les sentiments les plus tendres. Je t'envoie des gros baisers remplis de soleil et d'amitié. Danielle


wikistrike.over-blog.com 30/07/2011 18:32


Toujours très beau Alice !Je n'écris plus, je dirige un site web maintenant! Passe d'excellente vacances madame L...


stellamaris 29/07/2011 22:29


Un sonnet superbe ... Sur une désillusion, hélas, ô combien fréquente ! Bises.


tilk 29/07/2011 21:37


très beau poème...j'espère qu'il n'est pas autobiographique
besos mon admirable Alice
tilk


Béatrix 30/06/2010 23:25


J'aime beaucoup autant le poème que le titre; comment ne pas se faire avoir parfois, mais c'est vrai aussi que lorsque tout semble trop beau on devrait se méfier...l'amour est parfois cruel et une
belle illusion et comment faire pour ne plus en souffrir autant après cette cruelle déception...merci Alice, je ne viens pas très souvent mettre un com mais je te lis toujours avec autant de
plaisir. Béatrix


Alice HUGO 01/07/2010 00:50



Merci beaucoup, Béatrix. L'amour est peut-être inconstant, mais tu prouves ici que les liens cordiaux qui se tissent sur la Toile ne sont pas de sable mais de ciment. Car, malgré le fait que je
n'ai presque plus le temps de sillonner les Blogs que j'apprécie, mes Visiteurs me sont fidèles et cela, Béatrix - non que d'être une illusion - est une réalité qui m'enchante.


Merci encore et bonne route.



Lika 29/06/2010 12:52


Le charme de ce poème m'a d'abord fait penser à : "Les chemins de l'amour" (musique de Francis Poulenc) J'ai entendu cela de si nombreuses fois ! Même Jessica Norman l'a chanté. La connaissez-vous
? "Les chemins qui vont à la mer Ont gardé de notre passage Des fleurs effeuillées et l'écho sous les arbres De nos deux rires clairs Hélas les jours de bonheur Radieuses joies envolées Je vais
sans retrouver trace dans mon coeur REFRAIN : Chemins de mon amour Je vous cherche toujours Chemins perdus Vous n'êtes plus Et vos échos sont sourds... La musique est sublime.
Or votre poème se termine de bien amère façon... Peut-être ce garçon, qui semblait si délicat, regrette-t-il à présent de vous avoir blessée. Je suis certaine qu'il ne vous a pas oubliée. Un beau
poème. Le connaît-il ?


Alice HUGO 01/07/2010 00:01



Ah, chère Lika. Tout d'abord, je vous remercie d'avoir porté à ma connaissance cette magnifique chanson de Poulenc, magnifiquement interprétée par Jessica Norman (que je me suis empressée d'aller
écouter sur Internet) : la mélodie, tragique et ardente, donne toute leur force aux mots. 

Ensuite, je dois vous préciser que - à part de très rares exceptions - mes Poèmes ne reflètent pas mon vécu. J'ai l'imagination galopante. (avouez qu'en Camargue, c'est la moindre des choses
!!!)


Je vous salue cordialement.



MARTIENNE-BONHEUR 08/06/2010 22:47


Hello,bonjour Alice au pays des merveilles !!!

Très beau poème,mais,ça,ce n'est pas nouveau...
Par contre,quel constat d'echec,c'est tellement fort,lorsque l'amour ne s'éteint pas et continu sur la ligne de la vie.

Merçi à toi,ma poetesse,pour ta gentillesse,sur mon blog.

Tu ne viens pas souvent,mais,quand tu es chez moi,j'ai les chevilles qui enflent,avec tes écris.....Rien,ne t'échappe.

J'ai eu beaucoup de travail,deux expositions de peintures en deux week-end d'affilés.

Vendredi dernier,le 15è biennale des peintres amateurs de notre commune.
Ouverture des portes à 18h,vernissage dans les jardins de la mairie à 18h30 et votre aimable serviteur avait vendu trois aquarelles......
D'ailleurs les seuls tableaux qui ont été vendu.....

Tilk va etre jaloux.....Mais non,ces oeuvres,c'est encore autre chose.

Je t'embrasse avec affection.Aimée


Alice HUGO 11/06/2010 20:02



Félicitations, ma chère Aimée !
Ton succès ne m'étonne pas. Mes balades dans ta galerie de Peintures me sont toujours un réel plaisir et je ne cesse de m'émerveiller de ton talent.


Merci pour ton compliment, que je sais sincère. Je t'apprécie beaucoup.
Des brassées de baisers pour toi.



Danielle 07/06/2010 22:45


Ta plume décrit superbement la fabuleuse allégresse d'un amour naissant, les premiers émois si forts, puis la découverte du mensonge, de la trahison et l'illusion qui s'éteind en laissant un goût
d'amertume, les regrets déchirants des faux serments. Quel immense talent que le tien chère Alice, j'en palpite d'émotion. C'est très fort, très beau et hélas bien souvent trop vrai et personne
n'est à l'abri, surtout les coeurs purs et confiants. Je t'envoie plein de baisers d'amitié. Tu es formidable ! Danielle


Alice HUGO 11/06/2010 19:48



Merci beaucoup, chère Danielle, pour ton intérêt amical qui ne faiblit pas. Et pour tes trésors de sensibilité.


Mes plus cordiaux baisers.



dgi:0040:dgi:0040: 07/06/2010 21:17


une histoire d'amour qui finit mal on dirait, mais si bien écrite
eh oui, la fougue de la route ne nous lâche plus, cette acquisition, va je pense nous permettre bien des évasions et de la liberté, et un énorme trou dans le budget, mais ma soif de vie est si
forte, que je fonce tant que je le peux !!!! un gros bisous à toi que j'aime lire, m^me si le temps va beaucoup trop vite pour moi maintenant** dgidgi


Alice HUGO 11/06/2010 19:44



La tienne- d'histoire d'amour- semble faire son petit  bonhomme de chemin, Plaisancière, et c'est tant mieux !  Bonne route, les amoureux !



tony.. 06/06/2010 10:39


très beau !!
bon dimanche à toi .

ps: je te rajoute dans mes liens amies et t'invite dans ma communauté vos plus beaux poèmes si le coeur t'en dit.
avec mon amitié
tony


Alice HUGO 07/06/2010 08:09



Merci, deux fois, Tony : pour le compliment ainsi que pour l'invitation !  Et un cordial baiser pour ce Lien amical.


Excellente journée à toi.


 



hanternoz 06/06/2010 00:24


Bonsoir Alice.
Un constat très amer, l'endroit pourtant était paradisiaque. Superbe écriture.
Amitiés.


Alice HUGO 07/06/2010 08:05



Ah, l'inconstance des sentiments !... Pourvu qu'il n'en soit pas de même pour les richesses terrestres !(enfin : pour celles qui restent !)

Merci, Hanternoz, et belle journée à vous.



Réjane 04/06/2010 21:01


Un superbe sonnet qui glisse entre les doigts comme ces serments trompeurs. Ton talent, lui, ne trompe pas, solide comme un roc.


Alice HUGO 07/06/2010 08:00



Merci ne suffit pas, ici : je te fais révérence, gente Dame Réjane. En toute amitié.



Almaya 03/06/2010 22:38


Très joli poème et quel bonheur de se promener sur votre blog
Je reviendrai
Almaya


Alice HUGO 07/06/2010 07:57



Merci beaucoup, Almaya. Venez-y pour une ballade ( avec un ou deux L !) aussi souvent qu'il vous plaira : vous êtes la bienvenue ici.



marlou 02/06/2010 17:12


L'amour et ses pièges...Qui peut s'en protéger ?
Tes mots sont cruels mais si vrais...


Alice HUGO 07/06/2010 07:55



...Et les tiens toujours aussi sensibles et judicieux, chère Marlou : l'intelligence du coeur...



tilk 01/06/2010 22:46


très classique mais très fort toujours aussi admirable
besos Alice
tilk


Alice HUGO 07/06/2010 07:51



Merci, amigo mio.
Besos tambien.



Mayta Capac 01/06/2010 09:36


Bonjour toi t'ite Alice!
Le poème est superbe ... mais tu dois en avoir l'habitude maintenant et l'illustration ... ouaaaaaaah, somptueuse.
Merci aussi pour tes passages sur mon blog. J'aime ton enthousiasme !!
gros zibous


Alice HUGO 01/06/2010 15:13



Mon enthousiasme n'est pas feint, Mayta Capac. Je prends un réel plaisir à ta narration - aussi riche d'enseignement que de vécu - et tes images sont superbes.


Merci pour ton compliment, lequel je partage avec mon illustratrice-en-chef !
Big bisous too.



laurent 31/05/2010 22:30


Moi, c'est un ruban d'asphalte!
Un inédit? (chouette alors!)


Alice HUGO 01/06/2010 15:09



Eh ! oh ! Je ne suis pas une machine ! Je suis un homme liiibre ! ( euh...je crois que je confonds avec "Le Prisonnier"...) .Et mes Muses me délaissent un peu, ces temps-ci.
Peut-être, aussi, ai-je l'oreille moins attentive... A moins que ce ne soit toi qui les gardes en otage, Laurent-le-Perfide ???!!!



Stellamaris 31/05/2010 19:03


Magnifique, Alice ! Bises.


Alice HUGO 01/06/2010 15:02



Merci, Stellamaris.
Bises aussi.



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -