Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
18 mai 2013 6 18 /05 /mai /2013 08:30

LE GUETTEUR DE CHIMERE


Et le temps suspendit sa course vagabonde...
Quant elle m'apparut, marchant d'un pas léger
Sur le môle où l'été soldait son viager,
- Plus belle que l'azur ! Plus grisante que l'onde ! -,

Tout parut se figer dans la douceur côtière.
La mer devint un lac, miroir de sa beauté,
L'astre d'or se glissa sous son front chapeauté
Pour ceindre ses cheveux d'un bandeau de lumière,

L'air pailleté d'embruns se fit si translucide
Qu'il gomma le décor ; Ô doux aveuglement
De ne voir que l'objet de mon affolement
S'acheminer vers moi, vers moi seul, dans le vide !

Mon souffle vacillait ; j'étais sourd ; sans mémoire ;
Mes entrailles brûlaient jusqu'à mon front vermeil.
«Je meurs », me dis-je alors. «Ou n’est-ce qu’un sommeil
Qui déroute mes sens par un songe illusoire ?»

«Mais je vois ! Je la vois ! Et voici qu'elle approche !
«Ô fille de Vénus ! Mirage de velours !
«Je veux être le brin qui ganse tes atours
«Et sertir ma prunelle à la fleur de ta broche !"

 

 

Hélas ! De ses yeux pers elle fouillait la grève
Bien au-delà du fou planté sur son chemin ;
Je respirais encor son parfum de jasmin,
Quand un son déchira le voile de mon rêve.

Tournant avec effort ma carcasse dolente
Je l’aperçus, sautant à bord d’un caboteur
Pour couvrir de baisers l’élu de mon malheur,
Un robuste marin à la mine insolente.

Ah ! comme elle exultait ! Combien j’étais sinistre !
J’aurais voulu crier à ma belle-de-jour :
«Regarde, je suis là ! Tu te trompes d’amour !
«Je suis ta destinée, abandonne ce cuistre !

«N’entends-tu pas vibrer la Lyre poétique
«Accordant nos deux cœurs au sein de l’Univers ?
«Ne respires-tu pas les parterres de Vers
«Que je sème pour toi dans l’océan cosmique ?

«Ne devines-tu pas le trouble de mon âme
«Tandis que je titube à quelques pas de toi ?
«Ne sens-tu pas l’ardeur de ce puissant émoi
«Réveiller dans ta chair le feu que je réclame ?»

Insouciante et leste elle quitta la place,
Me laissant misérable aux portes de l’Enfer ;
Quand le soleil plongea dans l’horizon amer,
Mon sang ne charriait que des copeaux de glace.

Elle avait disparu ma délicate aronde,
Ma nymphe, ma promise au bras de l’imposteur,
Sans même un battement de cils consolateur.
Et le temps poursuivit son implacable ronde…
 

 

commentaires

stellamaris 07/06/2012 21:27

Je l'ai déjà lu et adoré ... Bises, Alice !

michel doucet 07/06/2012 17:12

Bonjour chère Alice...
Magnifique!
Quel écrit; ça saute aux yeux,
Rostand n'aurait pas fait mieux!
amitiés,
Michel Doucet.

Alice HUGO 07/06/2012 22:38



Venant de vous, cher Poète, le compliment me va droit au coeur. Je vous en remercie infiniment.



marlou 15/05/2011 09:43


Amour malheureux, amour heureux, tout cela en un poème.
Un regard perspicace et des mots qui touchent...
Bon dimanche !


Alice HUGO 16/05/2011 08:06



Et qui mieux que toi, ma chère Marlou, sait l'émotion...


Que tes jours -et tes nuits - soient beaux et chaleureux.



stellamaris 12/05/2011 18:56


Ta plume est toujours aussi belle ...

(hiatus, "Qui_abuse, v. 4 strophe 4)

Bises !


Alice HUGO 16/05/2011 08:00



C'est corrigé. Merci, cher Stellamaris, pour ton oeil acéré et pour ton coeur toujours bienveillant.


Bises too.



Lucia :0040: 11/08/2010 16:38


Très beau poème ! Bravo.


Alice HUGO 19/08/2010 18:05



Merci beaucoup, Lucia.
Je passerai te voir dès que je reviendrai dans le monde civilisé ...!!!



Sissi 06/08/2010 17:44


Ah, le fol espoir d'être l'élu du coeur de la beauté d'une femme ! Texte très rieur, très pétillant que j'ai lu avec un sourire aux coins de mon imagination qui mettait des images sur tes mots.
Bravo, Alice la poétesse... troubadour des mots et des sentiments.
Plein de bisous de miel pour toi.


Alice HUGO 11/08/2010 00:00



Heureusement que je n'ai pas "la grosse tête", Princesse ...parce qu'entre ton miel et le Nutella de Pauley, je ne serais qu'une énorme boule sucrée de prétention !!!


Je te retouve avec plaisir, Sissi...avant de repartir encore. A bientôt, et bonnes vacances.


Mes plus cordiaux baisers pour toi.



laurent 05/08/2010 09:27


J'aime bien les retours en arrière, même si les coms se ressemblent à force, c'est toujours un plaisir de te lire.


Alice HUGO 10/08/2010 23:48



Aïe...oulala...J'ai honte, j'ai honte. Promis, juré, craché (me voilà avec un beau pâté sur l'écran, Pfff !) : je te consacre une journée dès mon retour, Laurent-le-Courtois. Non par politesse,
mais bien par envie.


Merci de posséder ce que j'appelle " l'intelligence du coeur "...



marlou 04/08/2010 19:19


L'histoire d'une vie, la naissance de l'amour, l'espoir,
la déception dans des mots qui savent trancher dans le vif de la réalité ! Magie du verbe !


Alice HUGO 10/08/2010 23:42



...et mystères du coeur.


Le mien te salue cordialement, chère Marlou. Et en courant autour du monde ! 



Stellamaris 03/08/2010 19:32


Magnifique, Alice ! Bises.


Alice HUGO 10/08/2010 23:36



Merci, Stellamaris.


Bises aussi, et bonnes vacances.



Frank Zorra 09/07/2010 22:54


Heureux les auteurs de Provence -poésie! Dans ce monde qui frise le cauchemar, rencontrer Alice, c'est retrouver la porte du pays des merveilles. Est-ce que le troubadour en restera pensif ?
Frank Zorra, un guetteur de chimères.


Alice HUGO 17/07/2010 17:19



Du haut de ta vigie, tu as les yeux (et le coeur) grand-ouvert tant sur les beautés que sur les turpitudes humaines, Franck Zorra. Tes pensées ne sont pas des chimères : ce sont des fleurs
délicates, parfois serties d'épines, mais toujours parfumées de sentiments vrais.


Merci à toi, sincèrement.



Pauley 28/07/2009 13:29

Quel bonheur que de revenir te lire, même si tu es absente de ton blog, je comprends, moi-même je n'ai plus le temps de rien... Mais bon mon bonheur est toujours entier... Je suis vraiment heureuse d'être revenue un peu te lire, tu es la première que je visite depuis quelque temps. Je t'embrasse chaleureusement ma poétesse et te dis à très vite.

marlou 26/07/2009 18:30

Merci pour ces vers d'une grande beauté...Nous sommes tous parfois des guetteurs de chimère.

monicalisa 26/07/2009 14:38

De passage sur ton magnifique site, un écrin superbe qui recèles des écrits somptueux que je lis et relis avec grand plaisir. A bientôt de te revoir. Amitiés. Monique

Danielle 25/07/2009 16:40

Bonjour Alice, quel plaisir de relire ce poème magnifique avec une émotion accrue, tes vers semblent être sublimés avec le temps, on découvre tes rimes parfaites avec une précision nouvelle, comme si cette nouvelle lecture enrichissait les mots. Tiens, je vais lire à nouveau quelques uns de tes merveilleux poèmes pour m'en remplir le coeur. Gros bisous ma chère Alice, passe de bonnes vacances pour nous revenir riche d'un encrier débordant de cet univers exceptionnel que tu nous offres. A bientôt. Danielle

Stellamaris 23/07/2009 20:09

J'ai eu autant de plaisir à le relire qu'à la première lecture ! Bises.

ghislain+Hammer 28/05/2009 12:27

je relis quelques uns de tes textes, Alice, et aucun vers ne prend la moindre ride, c'est bon signe. Vraiment très beau.

Ghislain

Peter Pan 31/03/2009 21:58

Je suis très heureux d'avoir enfin trouvé un moment pour venir te rendre une petite visite e te lire... J'ai manqué beaucoup de choses durant ma longue et interminable absence, je n'aurai probablement jamais le temps de tout rattraper, mais je tenais à te dire que je viens de passer un moment vraiment très agréable et que j'ai pris bien du plaisir à te lire...

Alors je te dis à bientôt et te fais de gros bisous... Je te remercie aussi pour tes visites, tes petits mots et ta fidélité à toute épreuve... Voilà, je vais continuer ma tournée des blogs...

Bonne fin de soirée...

Peter Pan...

Alice HUGO 07/04/2009 13:54


Merci infiniment, très cher Peter.
Je suis réellement heureuse de te lire et je te souhaite le plus heureux des retours parmi nous.

Je suis moi-même assez occupée en ce moment, mais je viendrais te saluer bientôt.
Porte-toi à merveille !


Pauley 20/01/2009 07:17

Comme c'est beau, je ne sais jamais quoi dire de plus, ça fait toujours un commentaire plat pour un poème magnifique, mais je reste chaque fois bouche bée quand je te lis, le talent ne te quitte pas et c'est un régal toujours renouvelé. Je te fais mille gros bisous.

Alice HUGO 20/01/2009 09:56


Les mots ne sont jamais plats lorsqu'ils viennent du coeur. Et le dans le tien coule une si belle encre, qu'elle illumine ton commentaire, Petit Ecureuil.

Merci à toi, Pauley, et mille et un baisers.


Philip 14/01/2009 16:00

Je dois confesser un grand plaisir à venir lire ici si pure poésie!

Alice HUGO 16/01/2009 22:51


Merci beaucoup, Philip.
J'ai lu la tienne avec le même.


DJU770 13/01/2009 05:54

Magnifique rencontre ! DJU770

Alice HUGO 13/01/2009 10:56


Un merci enthousiaste, DJU770 !


pierre 12/01/2009 21:37

Bonsoir Alice,J'avais mis votre site sur "Mes préférences"car j'avais déjà écouté votre lyre sonner à mes oreilles. Ce soir, avais-je plus de temps ! J'ai parcouru cet univers poétique exceptionnel. Votre talent est incontestable et seuls, ceux qui taquinent la muse, savent combien il est difficile d'être en accord avec elle. A la lecture de vos texte la fluidité de l'encre se remarque dès les premiers vers. Les sujets sont profonds ou pittoresques et ne laissent jamais indifférent. Je vous félicite chaleureusement pour tout ce que vous écrivez. Vous portez le nom de mon écrivain-poète préféré et je crois que vous êtes de belle race. Je viendrai souvent visiter vos pages délicieusement tournées.Sentiments poétiques.Pierre.

Alice HUGO 13/01/2009 10:52


Merci infiniment, Pierre.  Non que pour vos compliments - délicieusement appréciés - mais pour m'avoir , par votre visite, ouvert les portes de votre Univers.
Je viens d'y faire une incursion " à tire-d'aile ", et j'ai tout de suite entendu la mélodie de votre poésie : une métrique parfaite, une trame riche de mots émouvants...
Je reviendrai plus longuement lire vos Poèmes.

Mes cordiales pensées,                   Alice.


aimée 12/01/2009 17:11

Les années passent,mais,elles n'ont aucune prise,sur tes vers,tes poésies.De véritables délices.Tendresse à toi,mon amie,qui par tes comm,m'apportent beaucoup.Pour moi,l'année passe et aucun changement,mème en les provoquant.Baisers ma douce.Aimée

Alice HUGO 13/01/2009 10:18


Je me doute bien que tu te bats. Garde espoir, Aimée-courage. Laisse le temps au temps...

Mes pensées t'accompagnent sur de compatissants baisers pour toi et pour les tiens.


Michel 12/01/2009 16:02

Bonjour AliceEncore un poème grandiose comme toi seule peux en faire.Bisous AmitiésMichelPS : Bonne Année

Alice HUGO 13/01/2009 10:09


Merci beaucoup, Michel.
Mais permets-moi de préciser que tes Poèmes sont également très riches.

Bien cordialement à toi.


dgidgi :0040 12/01/2009 07:12

que veux tu l'amour ne va pas toujours là ou il devrait !!!!tu vas bien ma belle plumegros bisous



Alice HUGO 12/01/2009 15:13


...Et même, parfois, il ne vient pas du tout ...!!! 

Big bisous, Plaisancière.


Monicalisa 11/01/2009 17:55

Quelle poésie magnifique, un écrit somptueux que j'ai pris beaucoup de plaisir à parcourir ! quel talent, une bien jolie plume et un site sublime !bisous et bonne soirée :0010:

Alice HUGO 12/01/2009 15:08


Wouah !  Pléthore de compliments, ici ! Ils me vont droit au coeur  ( j'en déverse un peu dans celui de ma soeur, qui met la beauté sur mes mots...)

Merci, Monicalisa, et excellente journée.


Romain 11/01/2009 12:19

Alice HUGO 12/01/2009 15:01


Réponse
:                                                         
!!!


Romain 11/01/2009 11:29

Alice HUGO 12/01/2009 15:02


Réponse :   
              
                                                     
??????                                                                                                                        


Squall-Estel 10/01/2009 18:57

Un poème splendide, dense et puissant, avec des alexandrins foudroyant comme tu sais tant nous en offrir. Des images et des expressions qui touchent directement au coeur et qu'on voudrait encadrer (je ne prendrais qu'un exemple que d'autres ont déjà évoqué : "Mon sang ne charriait que des copeaux de glace" ...) ; la perfection de tes strophes m'esbaudit toujours autant. Rimes masculines et féminines entrelacées sans effort, rimes riches et musicales, rythme fluide et limpide...Je terminerai en saluant tout particulièrement les premier et derniers vers, qui bouclent somptueusement la boucle, et parachèvent l'impression d'irrémédiable...Chapeau bas, Alice, comme toujours !ThM S-E

Alice HUGO 12/01/2009 15:01


Merci. Un merci tonitruant pour toi, Squall-Estel.
Pour avoir examiné ce Poème avec tant d'esprit ; avec une sagacité renforcée de sensibilité ; dans une compréhension éclairée, jusque au dernier Vers.

J'en suis d'autant plu touchée que tu n'es pas - sans raison ! - le plus primé des Poètes de PoésieLand.

Je suis  et  !!!




Jeannot 09/01/2009 23:10

Salut à toi, AliceJe vois que tu es aussi inspirée que l'an dernier. Tu te bonifies au fil du temps ! Couvre-toi bien pour ne pas attraper froid !J'espère que tu nous feras un petit texte sur ce qui s'est passé à Marseille, après cette fameuse chute de neige. Dans le Nord, nous sommes habitués avec la neige et donc celle-ci ne sous pertube pas.Bises et à bientôt, fille de plein sud

Alice HUGO 12/01/2009 14:45


Me couvrir, dis-tu, cher Jeannot  ?! Inutile : par ces temps de froidure, je reste bien au chaud derrière mes carreaux !!!

Quant à Marseille, j'en suis loin . Mais j'ai tout de  même vu blanchir mon jardin !

Courage, Grand Nordiste. Le printemps sera bientôt là !

De chaleureux baisers pour toi.


unevilleunpoeme 09/01/2009 16:22

Toujours la même régularité dans ces poèmes...

Alice HUGO 09/01/2009 19:40


Ah ?!... Dois-je le prendre comme un reproche ou comme un compliment ?...

( par ailleurs, je viens de visiter votre Site. Il est évident qu'il est richement diversifié, mais je n'en ai pas totalement saisi le fonctionnement. Si vous repassez par ici, pourriez-vous
m'éclairer...)

Bienvenue dans mes Pages, UnevilleunPoème.



Bernard 09/01/2009 15:19

Bonjour Alice des Merveilles...Big bisous ...

Alice HUGO 09/01/2009 19:30


Bonjour, Bernard au grand coeur...

Enormes bisous !


kinouli 09/01/2009 09:48

Super Alice, comme d'hab !!!Mais quelle tristesse dans ce poème.Kinouli

Alice HUGO 09/01/2009 19:29


Merci, Kinouli.

Ah ! L'amour... Ne mène-t'il pas des plus hauts sommets aux gouffres les plus profonds ?... 


Ghislain Hammer 09/01/2009 09:27

Magnifique !!!
Ce poème est en fait d'une tristesse profonde, tout s'oppose à tout (ainsi que ce vers :  "Mon sang ne charriait que des copeaux de glace." ou celui-là :
"Ah !  comme elle exultait ! Combien j'étais sinistre !". Le premier vers et le dernier s'opposent également. Il flotte dans l'air marin comme une tragédie, pour la femme un départ sur la vie (la mer) et pour l'homme, un départ sans issu.
L'homme sait dès le début que son amour ne peut revenir, et l'on l'apprend bien vite, quand son coeur tellement lourd et néant, préfère rire de son grand mal :
"« Regarde, je suis là ! Tu te trompes d'amour !"
 "Le rire est le propre des pires saletés de l'âme !!!"
L'autre opposition : L'éclipse : le temps qui semble être arrêté se bat contre le départ "sautant à bord d'un caboteur
" Le mouvement de la femme s'oppose sans cesse à la fixation du coeur mort de l'homme, pire que cela, la première partie du poème (les 6 premiers vers ) s'oppose  elle aussi à la seconde comme pour accentuer le drame. La première partie  la femme semble revenir, l'espoir règne "   "« Je meurs », me dis-je alors. « Ou n'est-ce qu'un sommeil"Mais le pire est ici :
"S'acheminer vers moi, vers moi seul, dans le vide !" : Elle vient, elle semble revenir, mais c'est sans espoir car l'espoir est vide, éteint depuis longtemps. On a l'impression d'un mirage, voire d'une perversion de l'homme. Un guetteur d'illusion peut-être. L'effet est accentué à la strophe suivante par : "Et voici qu'elle approche," Par ailleurs, le mot mirage apparaît dans ce quatrain. Et puis le choc, après s'être approcher, presque pour le narguer, elle monte dans le caboteur et s'en va, après avoir pris soin d'embrasser comme il faut son élu de malheur . 
Ce scénario est le plus horrible qu'il soit.
Les six premiers quatrains sont pour moi dans l'esprit du narrateur, et ne sont donc que des pensées; les six derniers la réalité. Il me semble que l'homme attend la femme qu'il aime ardemment afin de pouvoir la voir une dernière fois, cette femme qu'il n'aura jamais, qui rend son coeur fou, si fou qu'il parait que son sang glacé, comme un iceberg, a fissuré la coque humaine de sa chair pourtant titanesque.
Je suis admiratif devant une si belle écriture, et je voudrais bien corriger un truc, mais, grrrrrr, j'ai rien à dire, rien à dire, que bravo et bravo !!!! Je trouve ta progresion frappante depuis deux ans  !!! Ta poésie n'est plus simplement ce qu'elle était avant, académique, elle a aujourd'hui cette profondeur (à glou glou ) des grandes auteurs.
Ghislain
 

Alice HUGO 09/01/2009 19:25


C'est toujours un enchantement de te voir " disséquer " mes Poèmes, Poète-"Doc" HAMMER !
Je vais finir par croire que tu barbotes dans mon encrier !
Mais non. Cest juste ton talent, qui s'exprime avec la sensibilité visionnaire qui orne ta poésie.

Merci pour tes compliments. Je suis touchée...et quelque peu fière, ma foi !


Bernard 07/01/2009 18:33

Bonsoir Alice des merveilles ,Tous mes voeux de bonheur, de santé et de joies pour cette année nouvelle ... Prends bien soin de toi...Bises..Bernard

Alice HUGO 09/01/2009 19:17


Je reçois tes Voeux, en retour,  et c'est - déjà - un premier bonheur pour moi, cher Bernard.

Mes plus cordiales pensées pour toi.


sido 07/01/2009 17:06

Ainsi de nos destinsinsouciants, enbaumés de rêvesQue certains dieux malins Se plaisent à détruire sans trêve...Encore un bien bel écrit Alice, Le rêve réchauffe le coeur enflammé mais le fait se réveiller en plein froid...

Alice HUGO 09/01/2009 16:00


Ton " impromptu " m'a charmée, Sido. Un condensé lumineux de mon Poème.
J'aime ta sensibilité, toujours colorée de pragmatisme.



Réjane 06/01/2009 21:04

Il ne faut jamais cesser de guetter les chimères, elles sont raisons de vivre, et qui sait, un jour, l'une d'entre elles deviendra réalité. C'est tout ce que je souhaite à ton pauvre guetteur tant il me fait de peine, mais je ne doute pas qu'il se console de tes mots. Superbe écriture Alice, comme d'habitude :)

Alice HUGO 06/01/2009 23:26


Et, toujours, ce raisonnement juste et bienveillant... Les années passent, mais Réjane reste Réjane.

Merci, ma Dame.


Danielle 06/01/2009 17:34

Slendide ! Voilà le premier mot qui me vient à l'esprit à la lecture de ce poème lumineux. Tes vers nous font rêver, ta plume agile nous entraine dans cet univers de passion imaginaire, ton éloquence nous fait partager toute l'émotion qui traverse ces lignes. Ce feu soudain allumé, cette exultation qui retombe brusquement "mon sang ne charriait que des copeaux de glace". Que cette poésie est belle ! Chère Alice, tu nous fait un très beau cadeau en ce début d'année, moi, je suis sous le charme, beaucoup d'émotion, vraiment. Merci. Bises chaleureuses. Danielle

Alice HUGO 06/01/2009 23:20


Tes éloges dithyrambiques vont finir par me donner la " grosse tête ", chère Danielle !
Je prends quand même !!!

Merci beaucoup et gros bisous. ( et ça rime...presque !)


tilk 06/01/2009 15:34

comme les troubadours...une vrai épopée...qui fini mal...mais ça c'est la vie...besostilk

Alice HUGO 06/01/2009 23:14


" La vie est un sommeil, l'amour en est le rêve,
Et vous aurez vécu, si vous avez aimé "   ( Alfred de Musset )

Ca, c'est ma conception de la vie, cher Tilk !

Besos tambien.

 


dgidgi :0040 05/01/2009 23:34

Par toi ma tounée de blogs se terrmine car je prends le temps de te lireet quel plaisir.Merci ET Que la chaleur de mon coeur puisseT' apporter, dans un tourbillon Joie et bonheur. Pour cette nouvelle année. 

Alice HUGO 06/01/2009 22:52


Comme c'est joliment dit, chère Plaisancière ! Merci infiniment.


laurent 05/01/2009 21:29

Rien que le titre du poème...De ses yeux pers...(Femme sagittaire dotée d'une faculté intuitive, c'est le moins qu'on puisse dire pour un petit cancer comme moi)

Alice HUGO 06/01/2009 22:50


Ton commentaire est à l'image de ta fidélité de Lecteur : fort agréable.
Je t'en remercie, Laurent-l'-Enigmatique !


Stellamaris 05/01/2009 19:46

Magnifique ... Excellente année, très chère amie ! Bises.

Alice HUGO 06/01/2009 22:43


Merci beaucoup, Poète au grand coeur !


Grand Maître Fred, Jedi des Mots 05/01/2009 18:57

Maître Alice,Je te présente mes meilleurs voeux pour 2009. Que ta plume soit toujours aussi agréable à lire et que tu sois comblé en tout.Je te remercie pour tes voeux.Bien @mi K'Lment

Alice HUGO 06/01/2009 22:42



Je reçois tes voeux avec plaisir, Grand Maître Fred. Pourvu qu'ils soient exaucés !!!



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -