Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 14:10

Défi Poésieland
Thème : L'EXALTATION
Janvier 2010

JOURNAL  D'UN  EXALTE

AMOUREUX chagall 



Deux mois que je la suis, plus fidèle qu'une ombre,
Du petit matin clair jusqu'à la lune sombre,
Cette jeune beauté qui ne sait rien de moi
Et dont la seule vue embrase mon émoi,
Soixante jours d'affût, soixante nuits de veille
Rêvant les yeux ouverts à l'unique merveille
Capable de ternir les solaires rayons
Lorsque d'un pas pressé, sur ses hauts bottillons
Elle ondule pareille à d'irréels mirages,
Tant et si bien qu'au ciel, éblouis les nuages
S'écartent pour laisser l'azur peindre ses yeux
Et que le vent, soufflé par le charme soyeux
D'un froufrou dévoilant une courbe divine,
Dépose sur sa nuque une bise câline
Tandis que, résigné, je vais les bras ballants,
Que je rase les murs, les genoux flageolants,
La dépassant parfois pour mieux croiser sa route,
Voler à son insu le parfum qui m'envoûte,
Exalte mon envie et trouble mon regard,
Mais elle n'a pour moi le plus infime égard,
Et je dois apaiser le fou qui tambourine,
L'accable ou la chérit au fond de ma poitrine,
Quand elle ne voit pas qu'elle a pris ma raison
Et me laisse pantois au seuil de sa maison,
Où je mettrai le feu la semaine prochaine
Car si ce n'est d'Amour, j'y brûlerai de haine !


 

commentaires

Pauley 16/02/2010 23:16


Quelle chute fracassante, c'est somptueux...


Alice HUGO 17/02/2010 11:26


Oui, hein ?!!! Même moi, j'ai été surprise par la tournure que prenait le Poème ! Mais comme c'est ma Plume qui commande...

Un bisou ignifugé pour toi !


Danielle 01/02/2010 17:33


Bonjour Alice, quelle fougue dans ces vers traduisant les sentiments exacerbés de ce pauvre amoureux, envouté par la beauté de celle qui le hante jour et nuit. On ressent sa souffrance contrastant
avec l'indifférence de la belle qui n'a certainement pas réalisé la présence constante du malheureux, ravagé par la passion. J'ai lu ton beau poème avec beaucoup de plaisir, suspendue à tes mots
jusqu'à la fin. Gros bisous, c'est beau ! Danielle


Alice HUGO 04/02/2010 23:25



Merci, chère Danielle, d'avoir - encore une fois - saisi avec pertinence ce que je voulais faire passer dans ce Poème : lorsque tu dis "avoir été suspendue aux mots jusqu'à la fin ".
C'est exactement ce que j'attendais : que l'on lise le Poème dans un souffle.

Lequel ( souffle ) je te renvoie, lesté de mille baisers.



Réjane 30/01/2010 18:36


Je n'avais pas reconnu ta griffe lorsque j'ai lu ce poème sur PoésieLand (shame on me !!), un style différent qui m'a un peu déroutée au premier abord, mais quelle maîtrise du verbe et du thème !
Tu excelles dans tous les styles Alice, je le savais déjà, mais c'est bien là une confirmation. Bravo (dit-elle en fuyant ...) ;)


Alice HUGO 31/01/2010 23:19



Ah ! je vous ai bien eus, n'est-ce pas ! Je me suis bien amusée lorsque je lisais, dans les commentaires, que vous recherchiez un Poète de la gent masculine.
Je ne l'ai pas fait sciemment, mais je reconnais que cela a quelque peu dérouté les pronostics. Et tu n'as pas à te sentir honteuse, Dame Réjane. Il ne manquerait plus que ça !!!
Encore un très beau Défi des PoésieLanders, riche d'émotion et d'originalité. Comme tes Terres.
Merci à toi...et, je t'en prie, reviens !



ja 29/01/2010 11:23


essai modération
bonne journée


Alice HUGO 29/01/2010 23:00


Toi aussi. Merci.


:0095: Maitre Po, devin 28/01/2010 02:17


Alice, combien de coeurs as-tu trop embrasés,
Toi qui as fait souffrir tant de ces exaltés
Que par lassitude, tous, ils s'en sont allés ?


Et puis, n'oublie pas, cruelle, que qui trop embrase, mal éteint ;-Þ


Alice HUGO 28/01/2010 20:58



OH ! le vilain-pas-beau qui traite Alice de Messaline !!!
Honte à toi, Maître Po : même la finesse de ton esprit n' atténuera pas l'ignominie de tes iniques - et mensongères - assertions !

Bououh ! Me voici toute chagrin, à présent. J'espère que Bubulle te donnera un bon coup de griffe ! Na !!!




maelis 27/01/2010 09:11


Bonjour,
Il est très beau ce poème. Je ne saurais être une bonne critique, tout ce que je sais, c'est qu'en le lisant j'apprécie!


Alice HUGO 28/01/2010 20:06



Et c'est bien là tout ce qui compte, Maelis !
Si tu as pris du plaisir à la lecture de ce Poème, c'est autant que tu me renvoies.
Merci beaucoup.



Stellamaris 27/01/2010 07:13


La longueur de la phrase fait penser à du Proust, et accentue le côté lancinant de ce poème, l'impression de folie ... Superbe ! Bises.


Alice HUGO 28/01/2010 20:04



Je n'ai pas cherché d'effet particulier, le rythme s'est imposé - tel un souffle incoercible, pour traduire l'exaspération ( et non la folie ) de cet amoureux ignoré. Le " fou ", dans
le Poème, symbolise le coeur.
De même que l'on dit : " c'est un chien fou ", " c'est un coeur fou ", " il est fou de...", ce n'est pas la notion de démence qui prévaut ici, plutôt le sentiment
fougueux.

En tout cas, merci pour ton analogie, Stellamaris. Elle est très très exagérée, mais elle m'a fait plaisir !



Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -