Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 19:09

Défi POESIELAND ( 2ème volet )
Thème : La Fragilité ;
Style : Rondel

 

IL EST SI FRAGILE MON COEUR
COEUR 

Il est si fragile mon coeur,
Il a souffert tant de pillages
Qui déversent en ses sillages
Le goût sanglant de la liqueur.

Ne te fie au charme trompeur
De ses pétulants babillages.
Il est si fragile mon coeur,
Il a souffert tant de pillages.

Tu lui dis je t'aime, oh ! stupeur !
Un peu, beaucoup ... Tes effeuillages
Ne sont-ils pas qu'enfantillages
Sur le souffle d'un vent moqueur ?
Il est si fragile mon coeur.

 

 

commentaires

michel doucet 12/11/2011 18:00


bonjour chère Alice, merci pour vos gentils compliments...

le coeur est fragile...
mais l'amour est agile !

Ton coeur est l'oiseau sur ma branche
Qui chante le jour et la nuit,
Quand le soleil nait...meurt sans bruit
De l'encre noire à l'aube blanche.

Quand sur mon coeur le tien se penche,
Ô bel amour le temps s'enfuit !
Ton coeur est l'oiseau sur ma branche
Qui chante le jour et la nuit.

Quand sur ton coeur le mien s'épanche
L'un s'ouvre au ciel et l'autre suit,
Au matin clair la lune luit...
Ma main est le jour sur ta hanche,
Ton coeur est l'oiseau sur ma branche.

bien à vous, amitiés poétiques,
Michel Doucet.


Alice HUGO 14/11/2011 19:57



Absolument magnifique ! Ce Rondel est d'une rare qualité, tant par l'excellence de l'écriture que - et c'est là le plus important - par l'élégante émotion qui s'en dégage.
Le mien me semble bien fade, à côté...
Merci, un immense Merci, Poète, de parcourir mes Pages et d'y semer vos rimes flamboyantes comme autant de bouquets parfumant mes poèmes.


Poétiquement à vous,            Alice.


 


 



Lika 29/06/2010 16:37


Où donc est passé ce "dont" - qui a produit tant de tapage, quand l'ami Hammer(14 10 2009 9:55) a laissé dans le paragraphe du centre "qu'il est un sens égal" ? Vite une petite gomme ! deux lettres
seulement à changer...
Et puis j'ajouterais que deux synonymes ne peuvent que de faux jumeaux : ils n'ont jamais la même musique...
Tout est si fragile ici, tout est si charmant, que je me sens, chère Alice, comme un éléphant dans un magasin de porcelaine. Qui va pardonner à mes gros pieds ?


Alice HUGO 01/07/2010 00:08



Madame, j'emprunterai à Aristote pour répondre à votre question : " l'éléphant est  la bête qui dépasse toutes les autres par l'intelligence et
l'esprit ". Je n'ai donc rien à vous pardonner, qu'à souhaiter au contraire de voir la trace de vos pas éclairés dans mes Pages ! 



dgi:0040:dgi :0040: 24/10/2009 14:55


tu sais c'est comme manger des fruits et légumes tous les jours
il faut savoir dire je t'aime à ce gros muscle qui ne frémit qu'à ces doux mots.

gros bisosu mon Alice ** dgidgi


Alice HUGO 26/10/2009 16:40


Et tu es bien placée pour l'écouter vibrer, Plaisancière ...!

Je te souhaite des prairies de bonheur.


Jyckie ! 21/10/2009 16:35


Bonsoir Alice,

Le coeur est d'une fragilité extrême... prenons garde de ne point le fendre contre les ecueils des amours volages...
Poétiques pensées


Alice HUGO 22/10/2009 11:42



Me voici de retour !


 


GRAND  MERCI
  à tous mes Lecteurs pour la cordialité des commentaires. Vous avez tous un  beau cœur, aussi vaste que généreux.


 


Mes poétiques pensées pour vous,      


 


                                                              
Alice.


 



vitany 21/10/2009 11:10


moi je te fait de gros bisous et te souhaite un bon mercredi toujours aussi joli tes poémes tu est pas mon 1er moussaillon pour rien


Aimée 21/10/2009 10:31


Sur un tapis de feuilles d'automne,quelques doux baisers d'amitiés,semés ça et là.
Aimée


ghislain Hammer 18/10/2009 22:20


Je viens relire ce beau poème avec plaisir comme si le plaisir venait me lire...
Pff, j'vais au lit...


Cyrod 18/10/2009 19:35


Coeur à sec, et pourtant
Il a connu bien des naufrages
Veut s'ouvrir aux grands paysages
Promis depuis longtemps


Aimée 17/10/2009 20:57


Encore un grand plaisir de venir sur le pas de ta porte,à lire, un de tes beaux poemes.
Mes plus siçères baisers ma poetesse,mon amie.Aimée


Réjane 17/10/2009 11:01


Ce "dont" ne m'avait pas choqué, mais je reconnais qu'à la lecture finale, ta correction est beaucoup plus douce à l'oreille, et ce joli rondel en devient beaucoup plus solide. Finalement, la
fragilité ne serait-elle qu'une histoire de pronom ? (oops, je m'égare ;))


Danielle 16/10/2009 16:39


Bonjour chère Alice, si ton coeur est fragile, il est rempli de tant de bonté et de valeurs humaines que les pillages de la vie n'ont laissé aucune trace d'amertume. Fragile, peut être, beau c'est
certain. Bisous amicaux et sincères. Danielle


Pauley 14/10/2009 21:57


Si fragile coeur mais si bon, c'est ce qui compte, je suis contente d'avoir passé un moment avec toi. A très bientôt j'espère. bisous


ghislain Hammer 14/10/2009 13:53


grrrrrrrrrrr, je n'ai pas dit "déverse" j'ai dit "disperse". Enfin, je crois. Voici une nouvelle enquête pour Mike Hammrr !


ghislain Hammer 14/10/2009 09:55


Je suis un peu d'accord avec stellamaris, le "dont" est un chouia malvenu, par contre si c'est lui le problème, je ne vois pas pourquoi changer le verbe ou autre chose du vers.
En réalité, en poésie, le "dont" sonne mal, car la poésie ne cherche pas à s'expliquer, il a donc peu d'utilité, et paraît toujours de trop.

"S'il l'on veut changer le verbe, il faut bien sûr qu'il est un sens égal dans la phrase, mais surtout, qu'il trouve sa place dans le poème. C'est pour cela que je pensais à : " Et dispersé dans
ses sillages". Ici le verbe "disperser" rejoint l'effeuillage de la dernière strophe. Mais en plus, grâce au "Et", il accentue le trouble : "fragilité", "souffert".

Pour dire plus justement, le "dont" n'est pas le seul coupable dans cette sinistre affaire de conjonction,(rires), non , le meurtrier a un complice (re-rires): sa place au début du poème. Enfin, je
dis ce que je pense, je n'ai aucun "don", mais je soupçonne...je soupçonne. Croyez-moi, l'enquête n'en est qu'à son début. Mais déjà tous les morceaux du "malaise de Dont" se mettent en place.

A suivre dans le prochain épisode...


Mike Hammer


Alice HUGO 14/10/2009 13:20



M'aurait étonnée que G.P HAMMER ne vienne pas mettre son grain de sel. Mais, du moment qu'il ne répand pas la salière...!!!

J'ai répondu sur le commentaire de Stellamaris.
Merci à toi.



Stellamaris 13/10/2009 20:35


Puisque tu me le demandes, je trouve que le "Dont" fait "cheville", puisque, si tu l'enlèves, le vers garde exactement le même sens ... Que dirais-tu de "Qu'il en déverse en ses sillages" ? Mais ce
n'est qu'une suggestion, pas forcément appropriée au ressent que tu veux nous transmettre ...

Je t'embrasse fort, bises.


Alice HUGO 14/10/2009 13:13



Ah ! le " HAMMER " m'a battue de vitesse !
Je suis d'accord avec toi, Stellamaris : ce " dont " est bien trop redondant. Suite à ta pertinente  remarque, j'avais décidé de modifier ce Vers en : " Qui répandent en ses
sillages ", mais je n'ai pas eu le temps. ( mais qui me vole mes minutes ?!!! )
Le " déverse " de Ghislain me paraît plus judicieux car il évite l'itération " an-en ". Je vais corriger illico, non sans vous avoir, au préalable, remercié tous les deux.

Excellente journée !



ghislain Hammer 13/10/2009 08:54


Qui dit fragile dit humain, qui dit coeur dit raison, mais qui dit humain dit folie !


Je n'ai pas dit : "Jacques à dit..."


Très joli poème, ne le brise pas, une autre femme pourrait s'y refléter.
Bisous.

Ghislain


Alice HUGO 13/10/2009 19:48



Si tu le dis, grand Poète HAMMER... !

Un cordial baiser.



laurent 12/10/2009 22:21


Avec mon frère, je connaissais "Là-bas, je me noie dans la liqueur de tes yeux" maintenant avec toi "le goût sanglant de la liqueur"
Faut-il toujours allumer l'éclat du ciel? Pour comprendre?Pour aimer?


Alice HUGO 13/10/2009 19:57


Ah ! vaste quête...
Le ciel ( l'inconnu ) serait l'ultime porte ouvrant sur la connaissance...
Peut-être attendons-nous des réponses à des questions qui n'existent pas...

Mon cordial souvenir à Jonavin, aussi talentueux qu'absent...Pour le meilleur, j'espère.


tilk 12/10/2009 21:35


c'est toujours un plaisir de venir te lire mon admirable Alice
BESOS
TILK


Stellamaris 12/10/2009 20:03


Très beau ... Il ya juste le "Dont", au vers 3, qui me gène un peu. Bises.


Alice HUGO 13/10/2009 20:03


Ah ! une critique constructive. Je suis à ton écoute, Stellamaris : peux-tu développer ?
Bise pour toi aussi.


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -