Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
28 mai 2008 3 28 /05 /mai /2008 09:00
INSOMNIE
. .

 

Qu'on me laisse dormir ! Mourir, à s'y tromper
Tant le linceul de nuit, dont je veux me draper,
Pourrait laisser penser que le Croquemitaine
A bu mon dernier souffle au puits de ma bedaine !

Que diable il n'en est rien ! Je veux juste dormir,
Sombrer dans le néant sans même un souvenir,
Un prélude d'idée, un confetti de rêve.
Est-ce trop demander qu'on me laisse une trêve ?

Ah, maudit encrier, fais donc taire la Muse
De crainte que mon sang n'élabore une ruse :
Celle de renverser tes mots sur le buvard !

Là, tes voix naufragées au gosier du silence
Et sereine d'avoir fait taire ton bavard,
Aux lèvres de Morphée je boirai l'opulence.

 

commentaires

DAMIEN VERHEE 18/02/2009 21:15

Grandement magnifique, bravo, wahou, je vais devenir insomniaque à avoir envie de vous lire chère Alice!!!!

Alice HUGO 19/02/2009 10:43


Ah ! Allez, une tisane au romarin et...au lit !

Merci encore, Damien.


Danielle 11/09/2008 18:00

Bonsoir Alice, j'ai parcouru ton blog pendant ton absence et j'avais lu ce beau poème mais je crois que je n'avais pas ouvert "les commentaires". Je suis sidérée par certains d'entre eux et même s'ils ne sont pas récents je me permets d'y répondre. Fais nous rêver à la lecture de tes sublimes poèmes. Ton merveilleux talent s'exprime directement de ton coeur, et ta plume est tellement géniale et spontanée que j'ai du mal à comprendre qu'on puisse "décortiquer" les règles de la poésie pour étaler ses connaissances et trouver "la faille". Tu es merveilleuse Alice. Continue à nous donner autant de plaisir en faisant chanter les mots. Là est l'essentiel. Merci à toi et bises.

Alice HUGO 11/09/2008 19:15


Ah, Danielle, chère Lectrice ! As-tu lu mon message de Rentrée ( au dessus du Poème ) ?
Il me tardait tant de te dire ma gratitude pour la bonté et la générosité de tes commentaires !  Je ne savais où te joindre.
Merci, des bouquets de mercis. Je suis sensible à ta remarque qui dit que j'écris avec mon coeur et que ma plume est spontanéé. C'est vrai, tu m'as bien cernée, et cela confère encore plus de
valeur à mon plaisir de te compter parmi mes lecteurs.
Tu seras toujours la bienvenue ici. 
Je te salue très cordialement. 


aimée 29/06/2008 12:33

Un simple coucou,et un baiser d'amitié,j'ai mal au coeur,pour toi,mais,je ne t'oublie pas.Aimée aimée

aimée 18/06/2008 23:45

Je suis un peu surprise de certains commentaires,mais,peut etre n'ai-je rien compris et désires-tu bientot porter le "bicorne" de l'académie française".Je ne pense pas que tu ais cette prétention,alors,ma chère Alice,continue à me faire lire,écouter,rèver avec tes merveilleux poemes.Dans l'immédiat,je vais aller me lover dans les bras de morphée,celà me permettra un peu d'assimiler ce que je viens de lire.De grace,pour certains,garder vos leçons pour vous,et laissez "les petites gens" lire et aprécier les poemes d'Alice......Je pense à "maitre POT....." (rien que celà)......Vous devez avoir la science infuse et je vous félicite pour celà.Quant à Darius,avec maitre pot,vous feriez un merveilleux "groupir".Bises ma belle et toutes mes excuses,mais,je suis chez toi,pour passer d'excellent moment,avec la poesie,telle qu'elle me plait.Aimée aimée

Chris-Tian Vidal 16/06/2008 00:22

Souvent les insomniaques créent le plus."Mes insomnies" de Barbara à écouter.

Runner 13/06/2008 12:27

Non, je ne crois pas que la poésie puisse ainsi s'affranchir de toute règle.Sans être aussi rigoureux que l'est Darius, je n'en pense pas moins que seule la maîtrise des contraintes poétiques, des rythmes et des rimes peut donner sa musique à la poésie...N'oublions jamais que :
: "Le vers est musique; le vers sans musique est littérature! "
(Léo Ferré). Or Alice, tu manies avec suffisamment de dextérité les règles poétiques pour pouvoir, comme tu le précises dans ta réponse, t'en affranchir de temps à autre, si cette liberté elle même se met au service du but poétique recherché. Ce n'est donc pas la règle qui remise en cause mais son application dans l'évolution de l'époque.  La subtilité de la chose n'exclut Jamais la rigueur!Bien poétiquement à vous tous.

Jonavin 06/06/2008 20:52

Au diable les règles, la poésie n'a pas de contrainte...il n'y a que les poussiéreux pour penser le contraire. Et le poétereau pour les apprendre par coeur...

philip 06/06/2008 12:06

Ta poésie est profonde, et profonde est ton âme...Et tu manies les mots dans un art accompli...Te lire nous embellit!Amicalement

Alice HUGO 06/06/2008 19:01



Merci beaucoup, Philip. J'aime la manière délicate avec laquelle tu t'exprimes.

Je viendrai te rendre visite...dès que j'en aurai le temps !

Bien cordialement.



Thalie 04/06/2008 16:30

coucouencor une fois un texte vivant et vibrant tu as un réel talent que je ne pense pas possèder...mais je me ravis quand je peut lire des oeuvres d'un goût aussi sur ....cela fait un long moment que je ne viens plus sur le net ,de plus le temps me manque, j'ai loupé tellement de choses .....que je ne trouve plus assez de temps pour tout faire ....mais voila aujourd'hui je passe faire un tour car vous me manquez tous prend soin de toi bisous doux Thalie

Alice HUGO 06/06/2008 19:31


Bienvenue au Club des " Mais-qui-m'a-volé-mes heures !", douce Thalie.
J'ai tout juste le temps de répondre, ici, aux commentaires et encore... !

Je t'envoie d'affectueuses pensées.


Peter Pan 04/06/2008 11:12

Très beau... vraiment très beau...Gros bisous et à bientôt...Peter Pan...

Alice HUGO 04/06/2008 13:21


Même si je joue " l' Arlésienne " en ce moment, sur les blogs, ma pensée va à mes lecteurs...

Espérant que tout va bien pour toi, cher Peter, je t'embrasse affectueusement.


Darius Hypérion 03/06/2008 23:49

Bonsoir,Dans tous les exemples que vous donnez, les e finaux précédés d'une voyelle (vallée, folie, pâmée) ne sont pas comptés car ils sont élidés. C'est simples : ils précèdent tous un mot commençant par une voyelle. C'est la règle.Il n'y a rien dans tout ce que vous me donnez comme contre-exemple que de très bonnes applications de la règle.Dans votre vers 12 naufragéEs se terminant par un s, le E ne peut être élidé par le "au" qui suit, et par conséquence compte.Pour le vers 14, Morphée précède un mot commençant par une consonne, donc il compte, il n'est pas élidé.RonsardMariE qui voudrait votre nom retournerDu BellayCouronnéE de tours, et joyeuse d'avoirJe ne te priE pas de lire mes écrits,Mais je te priE bien qu'ayant fait bonne chèreCordialement

Alice HUGO 04/06/2008 15:55


Vous savez quoi, Darius ? J'ai grand respect pour votre érudition et lpour votre parfaite connaissance de la Métrique.
Cependant, je ne brigue point la propriété d'un sarcophage au Panthéon !
Alors, de grâce, accordez-moi le l'avantage de bousculer, un tant soit peu, les règles désuètes de l' Art poétique. Science dans laquelle - sans autre prétention que celle de donner ma Plume
en partage - j'inclinerais plutôt pour une poésie que je qualifierai, passez-moi l'expression, de Darwinienne : celle de l' Evolution...
Ou bien encore, je me rallierai à la formule de Lavoisier : " Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ".


Sans rancune ? ( j'espère ) et bien cordialement à
vous,                               Alice.


Sissipaillette 03/06/2008 18:09

De doux baisers plein de mes yeux qui pétillent quand je viens dans ton univers pour toi poétesse publique.Au plaisir de lire de nouveaux poèmes.A bientôt

Alice HUGO 04/06/2008 14:05


Chacun de tes commentaires, Princesse, est un ruban soyeux qui ganse mon écran d'émotions parfumées.

Je t'en remercie d'un baiser.


Runner 03/06/2008 15:32

Tu as un art accompli et la maitrise des mots!Un seul petit détail : pourquoi avoir changé l'ordre des rimes dans les deux derniers tercets qui devraient être symétriques dans le sonnet... Mais ceci n'enlève rien à la grandeur de ta poésie...Amitié

Alice HUGO 04/06/2008 14:02


Oui, je sais, ce Sonnet n'est pas académique, j'en conviens .

Sans tendre à la perfection - car la Forme ne doit pas étouffer le Fond ( c'est ma conviction ) - je m'engage à servir la métrique avec plus de respect.

 Ah, vraiment, les remous déchaînés par ce Poème ne sont pas propres à calmer mon Insomnie ...!!!
Bien à toi, cher Runner.


tony87000 02/06/2008 21:15

comme la plume de l'encrier à la feuille de papier , un papillon sur ton épaule vint se poser et t'a taguée pour partager un doux moment d'amitié !!! bises . tony

Alice HUGO 04/06/2008 13:45


Ne t'offusque surtout pas, charmant Tony, mais je n'ai ni le temps ni le goût pour ce genre d'exercice.
Mais c'est toujours un plaisir pour moi de découvrir que j'existe dans l'univers d'autrui.
Merci à toi et à bientôt.


laurent 02/06/2008 10:40

Abba Waterloo...Parfois, j'écoute cette version, le son bien positionné dans ma voiture, vitres sécurit ouvertes, à travers champs de blés et coquelicots.(C'est plus entraînant que Zazie!)En 1974, étais tu née?

Alice HUGO 02/06/2008 20:02


Dans les mêmes conditions de conduite, c'est moi qui chante à tue-tête ! Laurent-le Curieux .

( je ne suis pas fan de Zazie, moi non plus )


Chemin de poussiere 02/06/2008 00:23

Sublimement beauje le dis tout haut sans sombre artifice

Alice HUGO 02/06/2008 19:54


Et je te dédie
Un profond Merci
Sans l'ombre d'un doute !

Bienvenue à toi.


Darius Hypérion 01/06/2008 21:47

Bonsoir,Puisque vous semblez un peu mieux disposée à recevoir une critique, puis-je vous faire remarquer :1- qu'effectivement ce sonnet est irrégulier, comme vous l'ont fait remarquer d'autres personnes apparemment plus qualifiées,2- que les rimes plates ne sont vraiment pas de mise dans un sonnet,3- que vous juxtaposez deux rimes féminines au passage quatrains/tercets,4- que les vers 12 et 14 sont surnuméraires ?Bonne nuit réparatrice, quoi qu'il en soit

Alice HUGO 02/06/2008 19:47



Bonjour, Darius.
Je suis toujours disposée à recevoir la critique ( et je ne suis pas la dernière à me l'assener ! ).  Tout est dans la façon de présenter la chose...

Votre 1° est admis : c'est un sonnet irrégulier. Ce n'est pas une faute.
Votre 2° & 3° sont légitimes : j'ai commis, là, de grossières erreurs, j'en conviens.
Votre 4° est - en ce qui me concerne - irrecevable. J'en veux pour exemple  ( au hasard ):

                    VERLAINE / Les Faux Beaux Jours ( Sagesse) :

               *Toute moisson de la vallée, et ravageant...

               * Si la vieille folie était encore en route...


                       RIMBAUD  & VERLAINE / Le Sonnet du Trou du Cul :

               * C'est l'olive pâmée, et la flûte câline...


                       DU BELLAY / Lettres à Monsieur d' Avanson :

            * S'ils furent ma folie, ils seront ma raison.

Qui dois-je suivre, moi, petite Poétesse sans prétention, qui écrit plus avec son coeur qu'avec ses synapses ?...

Je vous sais gré de votre intérêt, Darius, et vous souhaite une bonne soirée.



tony87000 01/06/2008 21:40

une bonne nuit à toi parsemée de doux rêves !!! amitiés . tony

Alice HUGO 02/06/2008 19:50


Idem, Tony.
A bientôt.


:0095: Maître Po 01/06/2008 13:47

Chère poétesse publique,J'ai lu avec toute l'attention et tout le respect que je dois, l'une à tes écrits et l'autre à toi-même, ta réponse à mon commentaire. Et c'est le coeur serré que je me vois contraint, pour te remercier de m'avoir fait partager ton savoir, d'y apporter une correction majeure.Si les formes marotiques, françaises ou italiennes du sonnet admettent effectivement aussi bien CCD/EED que CCD/EDE, voire même des formes plus hardies telles CDC/DCD ou CDE/CDE, en revanche, les deux quatrains sont toujours - toujours ! -  à rimes embrassées, donc ABBA ABBA !ABBA... knowing you, knowing me, it's the best I can do...Euh... passons.Cela dit, il existe aussi le sonnet élisabétain, qui est lui construit selon des rimes croisées, ABAB ABAB.Manque donc un adjectif pour tes sonnets AABB, que je qualifierai donc... d'alicien ;-)

Alice HUGO 01/06/2008 20:48



Et voilà, Maître Po, ce à quoi me conduit l' Insomnie  !!! 
Tu as tout à fait raison dans ta démonstration et c'est très humblement que je bats ma coulpe.
Il faut vraiment que je me décide à me relire, afin de ne plus reproduire d'aussi grossières inepties. ( bien que le terme d' "aliciens" m'enchante au plus haut point !)

Un vibrant merci, Maître Po : la pertinence éclairée du propos n'a d'égal que le courtoisie de ta pensée.

 * ABBA : Waterloo ... ( en référence à ma déroute !)



Pauley 31/05/2008 20:35

Belle manière que de demander la paix pour un moment de repos. J'adore ta poésie, je ne cesse de te le dire, chaque fois c'est un moment unique pour moi que de venir boire à ton calice et à tes mots bien associés. je te fais mille gros bisous et te souhaite un très bon dimanche. A très vite poétesse excellentissime.

Alice HUGO 31/05/2008 20:44



Un excellent Dimanche pour toi aussi, Petit Ecureuil.

Ta sincérité me touche toujours autant, et je me sens encore plus vilaine de ne pas être venue te féliciter pour....J'arrive tout de suite ! ( les invités attendront !) Il faut que je te dise...



:0095: Maître Po 31/05/2008 09:03

Chère poètesse publique (et retrouvée ;-)Je ne m'échinerai pas à dire que tu sublimes le sonnet, mon clavier l'a par trop écrit et me refuse cette simple phrase, me proposant un copier-coller, l'impudent.Juste une petite remarque, la dernière rime en -ard est mal placée, une inversion des deux derniers vers eût été - à mon avis - préférable.Et la pale Hécate qui règne sur la nuit, est une muse bien plus éloquente que ce Morphée à la sexualité douteuse ;-Þ

Alice HUGO 31/05/2008 20:23



Très cher Maître Po ( jamais égaré )

c'est d'une plume révérencieuse, trempée dans une encre - fort -sympathique, que je voudrais vous faire observer ce qui suit :
    la proposition, fort honnête, hélas !( pfff)  que vous me fîtes dans votre éminent commentaire, se rapporte au Sonnet Marotique. Or, dans sa forme classique, je lui
préfère celui dont les rimes sont dites " à la Française ".
Par ailleurs, vous savez que, dans un Sonnet, le dernier vers est considéré comme le plus important :une image expressive résumant le tableau; une saillie (verbale !); une morale  (ouf, elle
est sauve !).

Merci, Maître Po, de t'arrêter sur mes Poèmes. J'en tire une grande fierté ( glop ) ...qui menace de m'interdire le port de mes chaussures ( pas glop !).

PS . Pourvu que Morphée n'ait pas lu, par dessus mon épaule, tes allégations perfides. Je te laisse à Hécate et à ses cauchemars ! ( dream catcher ?...)

Booonneee Nuiiiiit !









lynette0014 30/05/2008 21:04

bonne soirée et à bientôt

Alice HUGO 31/05/2008 20:23



Bon week en à toi.



joel 30/05/2008 14:23

Bonjour ma chère Alice.J'ai baillé trois fois en lisant ce poême, aurais tu le pouvoir de me faire dormir? ;-)bisous et bon week-end

Alice HUGO 31/05/2008 20:29



Et ben, ça fait toujours plaisir : voilà que mes Poèmes sont soporifiques !!!

Quoique, tout bien considéré, je vais essayer moi aussi. Moi qui ne me relis jamais, je m'y mets dès ce soir !

Excellent week end aussi, Joel.



alessandra 30/05/2008 09:18

"Sortant d'un rêve bizarrec'est afin de verser des pleursque mes yeux se ferment aux ténèbres "Allons donc vers le silence mener nos pas solidaires !..J'ai découvert votre blog, par hasard et quel hasard agréable !..

Alice HUGO 31/05/2008 20:38


J'aime beaucoup l'atmosphère dce cet impromptu.
Je viendrai vous voir sans tarder, fortuite Alessandra.

Bienvenue dans ces pages...où le hasard ne règne pas.


Sissipaillette 29/05/2008 22:55

L'insomnie te torture, la plume t'appelle... dilemme...Mais j'avoue que ce "duel" nous donne le fruit de biens beaux poèmes qui nous ravissent chaque jour davantage.Milles bisous étoilés poétesse publique.

Alice HUGO 31/05/2008 19:23


Autant pour toi, Princesse.

Tes mots-pétales me manquaient...



tony87000 29/05/2008 21:19

une petite bise en passant . amitiés . tony

Alice HUGO 31/05/2008 19:20


Si, en plus, il y a des courants d'air... !

Bon week end, Tony.


Yannick 29/05/2008 21:18

beau poème sur l'insomnie. il va y avoir du silence dans peu de temps :-) Je vais dormir (lol). Bisous

Alice HUGO 31/05/2008 19:18


Ah, cruel !  Je te croyais pourtant mon ami !!! ( rire soporifique...)

Bon week end à toi ( quand même...)


Rejane 29/05/2008 07:30

Un arrière goût de grosse fatigue, ah comme il ferait bon quelquefois s'endormir profondément, ne plus penser, mettre sa tête au repos. Mais c'est sans compter les exigences de la Muse, et ce duel avec Morphée n'est pas pour nous déplaire (on se console comme on peut ;)) Bisous poitevins Alice, ton encrier n'a pas fini de te torturer.

Alice HUGO 29/05/2008 15:37


Mais je ne voulais pas me battre avec Morphée, moi !
C'est cette effrontée de Muse qui s'ingénie à m'éloigner de ses bras assoupissants !!!

Un baiser lavandin pour toi,  Dame Réjane.


stellamaris 28/05/2008 20:52

Magnifique poème, comme toujours avec toi chère amie ! Je m'autorise à laisser en commentaire deux senryu que j'ai mis sur mon site sur le même sujet :Le premier :
Insomnie. Goélands crientUn senryu ! Écrire, vite !Puis dormir ?
Et le second :
Nuit immobile Silence en moi, sommeil fuit Hurler ... ou savourer ?

Alice HUGO 29/05/2008 15:30



Très imagés, tes Senryus.
Mais ma Plume est bien trop bavarde pour s'en contenter !

Et pourtant : tu résumes, en 3x2 vers, ce que raconte mon Poème. Un beau travail de ciselure, Stellamaris. Bravo. 



Grand Maître Fred, Jedi des Mots 28/05/2008 18:21

Maître Alice,Je te proposerai bie, une berceuse mais je chante comme une casserole, ça va pas t'aider ! Bon, je peux aussi te bercer dans un hamac ou te trouver des bras pour t'endormir (lol) Un très beau texte évocant ce que je ne connais pas actuellement. Sans doute que la douceur de la Provence m'aide à bien dormir.Bien @mi K'Lment

Alice HUGO 29/05/2008 15:25


Mais j'y vis, en Provence !
J'y suis née et j'en connais la douceur de vivre.

C'est ma Muse qui - atteinte de logorrhée intempestive  - fait sauter les plombs de mes synapses !!!

Que ton séjour sudiste te soit profitable, Grand Maître, et qu'il efface les dernières ombres de tes récents déboires...
 ( et, de grâce, cesse de chanter ! C'est toi qui nous apportes toute cette pluie !!??!!!)


ghislain 28/05/2008 16:57

L'insomnie ouvre à la réflexion ! Ne pas pouvoir dormir et pourtant désirer l'oreiler plus que tout est peut-être un appel !Certains réfléchissent donc, d'autres fond la vaisselle, d'autres encore allument la télé, et bien sûr certains écrivent. Pourquoi vouloir taire la muse quand elle est là ?! On ne choisit pas. Et si l'insomnie n'était en fait que la représentation concrète de nos troubles psychiques. ça est possible.J'aime tes quatrains en vers suivis car n'est-ce pas la nuit qui nous poursuit sans pouvoir nous attraper. Tu es davantage dansl'existenciel que dans tes tercets. Tes tercets dont ar ailleurs les liquides se croisent sans se toucher. Encre, la mer (les naufragées), et la nuit qui s'écoule que trop peu. Tout s'entre choquen rien n'est pourtant lié. Et c'est cela qui doit être au fond le malaise de l'insomniaque. Quant à la chute, pour trouver mieux, bon courage ! Tu reviens à la tranquillité multiple et variée (bons ou mauvais) que proposent nos rêves, Chapeau bas Alice. Ghislain

Alice HUGO 28/05/2008 18:09



Parfois, j'aimerais choisir... Cette Muse s'insinue aux moments les plus improbables !

Quant à ta définition de l'insomnie : traite-moi de débile, tant qu'on y est !!!

Mais quel puissant raisonnement lorsque tu décomposes ma poésie. Tes introspections philosophiques sont aussi dignes d'intérêt que tes Poèmes. Parfois inaccessibles, tant les visions qui
t'habitent élèvent ta pensée vers de lointaines galaxies; mais d'une sincérité qui donne toute sa mesure à ton talent.

Merci à toi.



laurent 28/05/2008 15:22

Le silence...Le silence (voilà un secret qui ouvre d'autres secrets)

Alice HUGO 28/05/2008 17:48


Le silence...et dors !!!


Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -