Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
22 juin 2007 5 22 /06 /juin /2007 15:56
Poème sollicité via "Le Manuscrit" :
A la demande de la personne qui a sollicité ma plume, je reproduis ci-après l'intégralité du contenu de son mail reçu via "Le Manuscrit : contactez-moi".
Je lui renouvelle ici - à travers ce poème - mes voeux de courage et de bonheur maternel retrouvé.
Je ne doute pas que mes fidèles lecteurs s'y associeront.
 
"lettre à mes enfants
sandrine
je suis en plein divorce 4 enfants les grands surtout l'ainé ont du mal. il ne veut plus me voir sa famille maternelle non plus
il me rejette totalement, c'est moi qui suit partie, c'est moi la coupable
son père souffre et ne cache pas sa douleur moi pendant des années j'ai caché la mienne dépression, période alcoolique renfermement sur moi meme et un jour j'ai tout dit plus aucun sentiments pour son papa . antoine 6 ans est en garde alternée avec sa sœur lucie 12 ans cela se passe assez bien julien 15 ans semble totalement indifférent mais je sais que ce n'est pas vrai mais il vit dans son monde à  lui s'y refuge ( danse, et copains) mathieu 17 ans a reçu de son papa des confidences d'adultes, il lui a avoué sa peine, ses doutes sur un amant, lui a volé son adolescence. j'ai fait un blog pour les enfants leur faire vivre ma vie mes sentiments leur laisser une porte ouverte et ne pas laisser creuser un fossé trop grand à  traverser. tous mes messages sont restés morts pas de réponse ou plutot si : je ne suis que le fils de mon père je ne veux plus te voir, ne m'appelle plus comment lui faire comprendre que je sais qu'il est en colère, qu'il a mal mais que l'amour perdu entre son père et moi ne concerne que nous et que celui que j'ai pour eux est éternel. qu'il y a une vie apres l'ancienne et que je veux toujours en faire partie.
merci de votre aide"

DE L'AMOUR D'UNE MERE

 

La joie s'est envolée de ce doux nid d'amour
Où vous avez été bercés, mes oisillons ;
Sur la branche endeuillée ne restent que haillons
Dans cet écrin soyeux où vous vîtes le jour.

Vous êtes, mes enfants, trop jeunes pour comprendre.
Votre père ni moi ne sommes point coupables
De ce déchirement qui nous rend détestables,
Mais pour lequel il n'est aucun compte à vous rendre.

Les chemins de la vie sont parfois bien obscurs...
Juger cruellement ou jouer la distance
Ne vous aideront pas à sortir de l'enfance
Où j'aurais tant voulu vous garder droits et purs.

Mais combien je vous aime et de vous j'ai besoin !
Cruelle est ma souffrance à vous faire subir
Ce bouleversement que je ne puis fléchir
Et dont votre innocence est le triste témoin.

N'éloignez pas ce sein qui à nourri vos âmes ;
Ne m'ôtez pas cet air que par vous je respire ;
Ne me condamnez pas, et avec vous, au pire :
J'ai tant à vous donner, n'éteignez pas la flamme.

Il n'est pas de seconde où vous me remplissiez,
Où mon sang maternel ne se glace en mes veines
A la seule pensée des aubes incertaines
Désertées des câlins qu'avec moi vous tissiez.

Antoine et toi, Lucie, vous me gardez confiance
Et vous avez raison : ma tendresse est acquise ;
Julien, dans ton regard la froideur se déguise :
Demeure auprès de moi, tu as ma bienveillance.

Mathieu, en discussion je veux être entendue
Pour te livrer mon cœur en réconciliation ;
Je ne me plierai pas à la résignation
De perdre ton amour, ton respect et ta vue.

Je sais que l'on t'a fait de vastes confidences
Qui sont autant de fers dégainés à ta fronde ;
Au seuil de ta vie d'homme un ciel d'orage gronde :
Je ne mérite pas ces piques d'insolences.


Ta colère me brise, écartèle ma chair,
Et je lis dans tes yeux la noirceur de l'ombrage
A l'inique soupçon dont on te fait l'otage,
Brûlant tes sentiments au soufre de l'éclair.

Regarde, mon enfant : ma main sur toi repose,
Mes bras se font écrin, ma bouche dit "je t'aime" ;
Ne me repousse pas, écoute ce poème :
Mon amour éternel en vos cœurs j'y dépose.

 

 

commentaires

Maitre Fred, Jedi des mots :0051: 23/06/2007

Alice,Un texte qui devrait permettre un échange entre la mère et le fils grâce à sa douceur et à sa vérité. Ce qui concerne les parents ne concerne pas les enfants et ne modifie pas l'amour d'une mère ou d'un père pour ses "petits". Tu sais si bien écrire les sentiments et décrire les situations que je me sens ridicule face à toi. Je me tire ton chapeau.Bien @ toi, @mie poète

vitany 23/06/2007

gros bizous et passe un bon week end

Sissipaillette 23/06/2007

Que dire....Tes mots, chacun d'eux et un petit morceau d'amour de cette maman envoyé dans le coeur de son fils...Quelle détresse dans le mail de cette maman triste et inquiète de voir que son fils est "mêlé" à leur séparation.Tu as vraiment su, je le sens, écrire les mots qu'elle a envie de dire à ses enfants. Et quand elle lira ton poème, j'espère, très sincèrement, qu'il l'aidera à trouver les mots et surtout que sa situation s'améliore.Bisous ma poétesse.Chère Madame, Si vous lisez mon commentaire, sachez que je vous envoie des pensées de compassion et vous souhaite une belle éclaircie entre vous et vos enfants. Soyez plus forte que tout :l'amour est plus fort que tout ce qui peut être difficile dans une vie.

Anne-Lise 24/06/2007

Notre Alice, elle plonge en les coeurs inconnus pour y pécher tous les sentiments  comme sa plume plonge dans l'encrier pour étendre dans la douceur ceux-ci sur papier...En supposant qu'elle revienne lire ton poème, je pense que cette personne ne pourra être qu'émue par cette harmonie entre ses émotions et celles qu'elle retrouvera dans ce poème. Et puisse celui-ci ramener la paix en leurs coeurs et les rassembler pour qu'accroisse l'Amour qu'ils se portent.Je te souhaite une chaleureuse nuit et un dimanche émerveillant :-).Z'amicalement.

Michel 24/06/2007

Bonsoir AliceRespect.Bisous Amicalement                              Michel

Pauley 24/06/2007

Très fort et très éprouvant, terrible même, ton poème est somptueux, il m'a fait verser quelques larmes amère pour cette mère qui sent sa vie s'écrouler. Depuis que je suis maman moi-même, je réalise beaucoup de chose qu'avant de l'être je ne comprenais pas. Les enfants sont le reflet de notre coeur et de notre âme et j'espère que les enfants de cette dame se rendront compte bien assez tôt de ce que représente leur mère et qu'ils sauront revenir pour lui dire qu'il l'aime...Enfin, je souhaite bon courage à cette maman, tant qu'il y a de la vie, il y a de l'espoir.Gros bisous à ma poète excellentissime et à très vite.

sandrine 24/06/2007

Alice,  et les autresQue te dire d'autre, à part que je n'ai pu retenir mes larmes en lisant ce poème qui m'a fait tant de bien et si mal à la fois. Tu as su tellement bien transcrire ma douleur, mes espoirs... Je n'ai pas pu te laisser de commentaires tout de suite, trop émue. Et ces témoignages des gens qui ont la chance de te lire et de te connaître, mon réchauffer le coeur. Je ne sais pas si Mathieu est prêt à entendre ma douleur, c'est encore si récent. Beaucoup de personnes m'ont dit que j'allais le perdre un certain temps, peut etre très longtemps, mais qu'un jour il se souviendra des 17 années pendant lesquelles je l'ai aimé, passionnèment comme chacun de mes enfants et que le rôle que jouera son père sera primordial à nos retrouvailles. Je l'espère, j'y crois très fort. Merci, merci encore .... Sandrine

Rejane 24/06/2007

Comment ne pas compatir à la douleur de cette maman ? Trop jeunes pour comprendre réellement, mais assez pour juger et prendre parti, mais le temps saura remettre ces enfants sur le chemin de l'amour, et sur ce chemin, ils trouveront une maman qui n'a jamais cessé de les aimer. Encore une fois Alice, tu as su traduire par tes mots la détresse de cette maman. Bravo à toi, et courage à Sandrine :)

Yannick 25/06/2007

Je comprend et cela n'est pas facile pour personne une rupture. Je n'ai pas connu ce genre de chose. J'espère qu'avec le temps les choses reviendront à leur place et j'en suis convaincu. bisous et bonne soirée, yannick

Patrick 26/06/2007

Vibrant appel à la réconciliation. Espérons qu'il soit entendu.

~~ Kri ~~ 29/06/2007

Tu as le don de trouver lesmots justes et beaux dans tes situations difficiles!

sandrine 02/07/2007

de nouveaux coups bas de la part du papa, il se venge en se servant d'eux, mais je tiens... je relie vos mots. J'ai le mental qu'il n'a pas, mon coeur saigne mais je ne leur montre pas, tant que ca ne me touche que moi j'accepte de souffrir de fois plus tant qu'ils n'en souffrent pas.

aimee 02/07/2007

Coucou Alice,notre poetesse !!!D'abord,ces mots douloureux d'une mère,au sujet de ses enfants,des confidence d'ub père qui avec des mots,peut faire tant de mal.Dans une autre vie,j'ai connu les affres de la séparation,avec un père,montant les enfants contre leur maman.C'est encore une période de ma vie,qui maintenant fait partie du passé,mais qui a laissé des traces indélébiles.Oh !!Alice,que ne t'ai-je connu,a cette époque,ou tu aurais peut etre pu par tes écris faire un bien énorme.Quoique,en pleine adolescence,n'oublions pas que les enfants sont "paumés".Bisous a toi ma merveilleuse amie,qui a un sens innée des choses et des situations.Aimée

diane 03/07/2007

Cette mère courageuse mérite notre respect à tous. Bravo à toi qui a su mettre en rimes cette détresse malheureusement assez courante.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -