Coups de coeur

 

 

 

 

 

 

 

LIVRES ANCIENS

 

 

 

 
A PETER PAN

(suivez le lien)

 
A vous... Poétesse

(suivez le lien)

 

LIVRES ANCIENS

   



 
22 mai 2007 2 22 /05 /mai /2007 07:30

Bernard (clic ici) m'écrit : 
"bonsoir Alice des merveilles ....
tu me fais un poème pour des dames très malades ? voici trois mots ..... : espoir ....courage ....guérir ..
Prends un peu de temps....
je t'embrasse et je te souhaite une très bonne journée ..."



AUX DAMES DE DOULEUR

Image Hosted by ImageShack.us

 

Elles sont là, lovées au lit de leur souffrance ;
Dans leur regard noyé elles tanguent si fort
Que le corps chaviré ployant au moindre effort,
Elles cherchent appui à leur désespérance. 

Les Dames de douleur ont la plainte muette ;
Si elles crient parfois c'est au creux de leur coeur, 
A l'abri de la vue tant grande est leur pudeur, 
Tant d'ample dignité leur âme est recouverte.
 
Dames agenouillées, ne perdez pas courage !
Allumez à vos yeux un sourire d'espoir
Comme on allume un cierge à la tombée du soir
Pour endiguer la nuit et museler la rage.
 
Des mains sont là, tendues, toutes chargées de force ; 
Des pensées vont à vous qui veulent vous nourrir ;
Immergez-y ce corps qui aspire à guérir,
Donnez-lui le pouvoir que cet élan renforce.
 
Hissez haut le flambeau de votre esprit vaillant ! 
Il faut y croire encore et y croire toujours, 
Arracher de vos peurs les plus hideux atours
Et s'offrir à la vie comme au plus bel amant.

 



Avec une pensée particulière pour Aimée, Barbara et Elle.

commentaires

Yannick 30/05/2007 18:51

Un très beau texte que tu as su trouvé les mots pour ces personnes qui souffrent. Je sais que cela n'es pas facile pour certaines personnes. cela m'a fait penser à un film récemment sorti à nos écrans "le scaphandre et le papillon". J'avais été touché par l'extrait du film que j'irais certainement le voir. Je te fais de gros bisous, yann

Sissipaillette 27/05/2007 21:48

Bonsoir ma douce,Quel texte !La plume de ton coeur t'a guidé au plus profond de l'émotion pour parler de la maladie, chose pas facile du tout.C'est touchant, d'autant plus que j'ai vu que tu as adressé une dédicace à des personnes que je connais bien pour leur rendre visite le plus souvent possible et je reviens de chez Lilie qui ne va pas fort....La maladie est une ennemie au corps humain, et il est vrai que l'on peut perdre beaucoup dans la vie mais on s'en relève toujours avec force et volonté, mais si on perd la santé, alors là je pense que l'on a perdu l'essentiel.Je te fais de gros bisous

Alice HUGO 28/05/2007 10:41

Comme tu parles vrai, Princesse ! Tu as l'intelligence du Coeur ...Semons tes Paillettes  sur ma plume à l'encre verte et écrivons-leur nos pensées de réconfort...Plein de baisers, Sissi,               Alice.

Lynette::0038: 25/05/2007 10:21

je reste malheureusement sans voix devant de tels mots....

Alice HUGO 25/05/2007 19:35

Oui, Lynette, que dire ?...Adressons-leur la force de nos pensées...Cordialement,                                  Alice.

~~ Kri ~~ 24/05/2007 10:41

 Un poème empli d'émotions, de sensibilité et d'espoir...

Alice HUGO 25/05/2007 19:41

J'ai essayé, Kri.Retenons surtout l'Espoir...                                        Alice.

Jonavin 24/05/2007 10:17

Nous sommes tous confrontés à un parent malade. Souvent, un mot, un geste, un simple regard suffisent pour alléger la peine et donner un peu de réconfort. Je profite de ton merveilleux poème pour une pensée à ma grand-mère souffrante...Amicalement,Jonavin.

Alice HUGO 25/05/2007 19:39

Tu as raison, Jonavin. Même la seule pensée peut être un réconfort...Bien chaleureusement à toi,                                                          Alice.

françoise 24/05/2007 06:36

TRès touchant !bises, bonne journéefrançoise

Alice HUGO 24/05/2007 07:27

C'est la détresse de ces corps en souffrance qui touche...Une pensée vers eux...Que ta journée te soit douce, Françoise,                   Alice.

aimee 23/05/2007 22:48

Oui,mon amie,Lilie,est comme Barbara et moi,nous sommes atteintes de la mème maladie,orpheline et incurable.En fait,de par ma grande émotion,j'ai lu Lilie,au lieu de Elle,que je connais également et a qui je pense souvent.J'espère qu'elle vient lire quelque fois son blog,jusqu'a présent il était en attente,mais pas fermé.Je t'embrasse et j'ai envers toi,une grande gratitude.Il suffit quelques fois de dire des mots,et déjà on se sent soutenu,donc mieux.Aimée

Alice HUGO 23/05/2007 23:38

Merci, Aimée. Si mes mots ont soutenu ne serait-ce qu'une seule personne, je me sens tel Atlas supportant le Monde. MERCI.Quant à Elle, je passe régulièrement sur son blog fermé pour lui laisser une pensée. Si quelqu'un a de ses nouvelles...Encore plein de baisers affectueux pour  toi,                                                              Alice.

genfi 23/05/2007 21:38

Il n'y a qu'une plume sensible et humaine
qui pouvait écrire ce jolie poème.

P.S. aujourd'hui j'ai mis sur mon blog un article sur un auteur qu'on m'a fait découvrir il y a peu, j'aimerai bien avoir ton avis.

Bises.

Alice HUGO 23/05/2007 22:37

J'en ai autant à ton encontre, gentil Genfi !L'écriture de ce poème m'a réellement émue...Je viens de ce pas lire ton article.Cordiale pensée,                                 Alice.

Jeannot 23/05/2007 19:32

Bonsoir Alice,Ton texte est d'une extrême justesse. J'espère que tu es au top de ta forme. Ca m'a fait un réel plaisir d'avoir de tes nouvelles fraîches.Bisous et à bientôt, fille de plein sud.Jeannot

Alice HUGO 23/05/2007 22:32

Je vais bien et j'espère qu'il en est de même pour toi, Jeannot, et tes visites me sont toujours agréables.A bientôt, Grand Nordiste !

aimee 23/05/2007 15:03

Bernard,Alice,Bernard,qui a fait une demande à Alice,Alice qui a comblé cette demande,avec ses mots,ses mots bien a elle,Ses poemes,que nul autre ne peut rendre de la méme façon.Lorsque j'ai lu ces mots,de plus en plus,je commençais a avoir la chaire de poule.Ces mots,pouvaient si parfairement s'adresser à moi,Pourtant,pour quelle raison seraientt-il pour moi?De plus en plus,j'avançais dans cette lecture,lorsqu'enfin,je suis arrivée au bout,en fondant en larme.Oui,Lilie,Barbara et moi,nous y étions citées.Merçi ,je ne sais pas quoi dire.Aimée

Alice HUGO 23/05/2007 16:21

Ne dis rien, chère Aimée. L'émotion partagée est plus belle que les mots... J'étais moi-même très émue en lisant ce que mon coeur m'avait dicté...Oui, merci à Bernard , homme au grand coeur . Je ne sais pas à qui il destinait  ce poème, mais  j'ai tout de suit eu une pensée particulière pour toi, Barbara, et Elle ( Un Ange Passe, dont le blog est fermé depuis qq temps ). Je ne connais pas Lilie, mais je l'associe bien volontiers à ma dédicace.Mes voeux de guérison vous accompagnent toutes et tous.Je t'embrasse affectueusement,                       Alice.

Patrick 23/05/2007 10:48

Je suis un peu bousculé en ce moment mais je prends le temps de passer te voir. Et j'ai bien fait.Hymne à l'espoir, hymne au courage et à la volonté. Quiconque a connu un parent souffrant apprécie à sa juste valeur tes vers.Le sujet est sensible mais tu as su y mettre toute la dignité qu'il sied à cette étape cruciale qu'est la maladie.Tu as posé des ventouses de vers sur la souffrance. Bravo !

Alice HUGO 23/05/2007 11:34

Ou : des vertus thérapeutiques de la poésie ?Merci, Patrick, pour ta sensibilité constructive.                              Alice.

bernard 23/05/2007 09:53

bonjour Alice des merveilles ...que te dire ??je n'ai  eu ni  la volonté ni surtout  le courage d'écrire un  poème sur ce thème ... je  vais l'offrir de ta part à qui de droit .....tu es merveilleuse ...merci de tout coeur et bises ...

Alice HUGO 23/05/2007 11:22

Merci à toi, Bernard, de m'avoir offert l'opportunité de délivrer ce message de réconfort et de soutien.Reçois-en tout l'honneur.Puisse les destinataires y puiser force et sénérité.Mes plus affecteuses pensées,                                                           Alice.

Anne-Lise 22/05/2007 23:31

Aliiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiice :-)Je suis bien navrée du temps que je peux mettre à venir sur ton blog, mais j'ai que très peu de temps, toujours prise ailleurs, grrrrrrrrrrr...(rire...)Tes poèmes sont toujours aussi beaux et ont toujours en eux cette magie qui vient de toi, c'est toujours une belle Lumière et ce sur tout sujet que tu traites vraiment.J'ai enfin pu un peu me poser pour en lire quelques-uns.Merci pour tes commentaires, si chaleureux, si gentils :-).Je reveindrai te lire prochainement certainement :-)Bien à toiAnne-Lise

Alice HUGO 23/05/2007 08:02

Mes commentaires - quels qu'en soient les destinataires - ne sont pas " gentils " : ils sont sincères. Car,comme le dit le Philosophe : " ma parole est proche de ma pensée "...Merci à toi ,Anne-Lise, d'être touchée par mes poèmes. Passe t'y éclairer à ta guise, tu es la bienenue.Bien cordialement,                  Alice.

barbara 22/05/2007 20:23

merci pour ce poème qui m'a beaucoup touchée,tu as su dire les mots juste à notre souffrance,je t'adore,gros bisous,barbara

Alice HUGO 23/05/2007 08:11

Je suis sensible à ton ressenti, Barbara. Si ce poème est reçu comme un chant d'espoir, je serai le "compositeur "le plus comblé !Un baiser caressant pour toi,                      Alice.

Rejane 22/05/2007 17:43

Tu as su parfaitement retranscrire la souffrance et la dignité qu'on peut deviner chez les personnes malades. Ce poème pourrait s'appliquer à tellement de personnes, hélas. Merci pour tes mots de réconfort et de courage :)

Alice HUGO 23/05/2007 08:16

Ta sensibilité vibre sur la même corde que la mienne, Dame Réjane.Merci à toi.                                                                    Alice.

Michel 22/05/2007 11:09

Bonjour AliceMagnifique hommage que tu rends à ces dames au coeur immence et qui chaque jour nous donnent des leçons de vie. Bravo pour la beauté de tes mots.Bisous Amicalement                                                    Michel

Alice HUGO 22/05/2007 11:13

Tu as raison, Michel : le courage se salue . Puisse ce simple geste raviver la flamme de l'Espoir...Bien cordialement à toi,                    Alice.

Fred :0036: 22/05/2007 10:58

Alice,Je répare mon erreur de ne t'avoir pas citée dans mon listing. Comment ais-je pu t'oublier ? Je m'excuse bien de cet oubli. Un beau texte pour réconforter ces dames malades.Bien @mi K'lment à toi

Alice HUGO 22/05/2007 11:10

( Ouf ! Tu l'as échappé belle, Fred ! L'armée des Sith s'apprêtait à décoller de l'Etoile Noire pour venir t'atomiser !!! )J'espère que ce poème aura autant de vertus réconfortantes que j'aie mis de compassion à l'écrire...Cordialement,                                              Alice.

Thalie 22/05/2007 10:41

magnifique poème empleins d'emotions vives....c'est vrai que la vie n'est pas facile pour certaines personne rongée , torturée par leur propre corps.....je viens te dire au revoir .... des soucis de santée m'oblige a un repos forcé..... bisous doux    Nathalie

Alice HUGO 22/05/2007 10:54

Nathalie, je suis triste d'apprendre que ta santé est vacillante.Je t'offre la flamme de cette bougie afin qu'elle réchauffe ton coeur et flamboie ton courage.  Et tous les mots sincères qui composent ce poème d'Espoir.Prends soin de toi, avec conviction, et reviens-nous vite.Un tendre baiser,                                       Alice.

LA RAINE 22/05/2007 10:05

Bonjour Alice c'est tres émouvant et réel tu as toujours les mots justes-Pleins de Bisous

Alice HUGO 22/05/2007 10:57

Merci, La Raine.Chez toi, c'est la pensée qui est  Juste...Un affectueux baiser à tous,          Alice.

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -